A la campagne!

Aujourd’hui j’ai une petite pensée pour tous les parisiens qui ne cessent de se plaindre (pléonasme!) du monde, du bruit, des bouchons, et qui ne rêvent que d’une chose…Partir à la campagne…

La campagne, ce soir, j’y suis, et croyez moi, j’ai envie de tout sauf de venir m’y installer…Je crois même que dans mon état je serais prête à payer pour m’allonger sous une voiture et sentir l’odeur des gaz d’échappement, de la pollution…Je rêve de me retrouver dans le RER aux heures de pointe, je veux qu’on me bouscule qu’on me marche sur  les pieds, je ne veux voir personne me sourire…

Tout a commencé il y a un mois…Une offre urgente, une mission très délicate, bref du boulot pour moi… Mon sang de superwoman ne fait qu’un tour et bien sûr j’accepte, je m’engage, je cours, je vole…

Cela semble un peu loin de Paris, certes, mais c’est l’histoire de 2 jours! Ah non, finalement cela va être trois, parce que comme c’est difficilement accessible il va me falloir partir la veille… Ca se complique…

Je commence à étudier le trajet…TGV, ok, puis train de région, bien, et enfin Autocar…Ah oui quand même… Mes ailes se détachent… Je commence à paniquer…Allons, allons…ne pas baisser les bras, ne pas relâcher la pression…Histoire de me détendre, je cherche un joli petit hôtel : Google, 30 secondes chrono, dans le village, il n’y en a qu’un !
J’appelle pour réserver et demande si, n’étant pas véhiculée, je peux tout faire à pieds…Mais bien sur madame, vous pouvez aller à la boulangerie (super !), au bar tabac (génial), il y a même un supermarché avec une galerie marchande (ah !) dans laquelle vous trouverez un opticien, et une pharmacie (ho …)… ca s’annonce bien ce petit voyage, moi qui avais besoin de calme, me voilà servie sur un plateau…

Finalement je décide au dernier moment que trop c’est trop et que je vais zapper la partie autocar et réserver un taxi….Je téléphone donc quelques jours avant mon départ et là : accueil glacial de celui à qui on pose régulièrement des lapins à la gare… Ah oui, donc ils ont ce genre d’occupation là bas, ça promet ! Mais non, Monsieur, je vous assure je serai là….Oui enfin j’ai failli ne pas y être, car arrivée à cette fameuse gare, je me croyais arrêtée en rase campagne, je ne descendais donc pas du train :  il m’a fallu sauter en marche avec mes talons de 8cm à semelles rouges … Au sol, horreur des gros cailloux, ma « Delsette » ne peut rouler, je vous laisse imaginer la démarche de la citadine qui veut à tout prix rester digne…

Mon bon Monsieur est là, il doit frôler les 150 ans, je me demande même s’il a toujours son permis ce brave homme, je ne sais pas si sa vue est bonne mais il me fait répéter toutes mes phrases trois fois de suite, je suis un peu inquiète, je vous avoue…

L’hôtel est en vue, cinq heures après être partie de chez moi, me voilà enfin à destination…Je ne suis pas déçue du voyage… Exactement comme je l’imaginais, il n’y a ….Rien…A part justement le bar, restaurant, hôtel du village qui semble être l’attraction du coin, puisque un groupe de messieurs d’un autre temps est en terrasse à boire de la bière, normal il est 19H30…
Je vous passe l’épisode de la chambre d’hôtel, ça me gratte encore rien que d’y penser…Le problème c’est que j’ai faim…J’ai faim, mais j’ai peur… Que puis je commander sans tomber malade ???… Ont ils un supermarché BIO ici ? J’en doute…Ils ne cuisinent pas à la graisse d’oie au moins? Non, j’exagère, c’était très bon… J’ai juste passé mon temps à mettre mon iphone dans toutes les positions, mais rien : la sentence tombe, implacable : je ne capte pas… Mais comment vais je survivre ici sans téléphone, sans Facebook ni Tweeter ? Que vont penser tous mes « amis » si je ne mets aucun commentaire pendant 3 jours, ne vont ils pas croire que je suis morte, ou pire…M’oublier ????…. Il me faut vite terminer ce repas, et sortir de là, dehors, je le sais, je capte, enfin au moins le réseau téléphonique… En passant près du bar je demande s’il est possible qu’on me serve ma tisane bio en terrasse…J’ai l’impression d’être une extra terrestre…Tant pis un bon déca fera l’affaire…
Je m’installe donc dans ce joli petit cadre bucolique, en bord de route, face à l’arrêt d’autocar et attends de retrouver mes bornes…
La serveuse arrive, me tend mon café, et ajoute : « Pour info, il vous est offert par le monsieur derrière »…..Mais quel Monsieur ? Je me retourne affolée, toujours le même groupe de buveurs de bière (ça fait au moins deux heures, non ?), je tente de garder mon calme, de sourire, oh mon dieu, sourire me fait mal…Et là je me retourne complètement paniquée vers la serveuse en disant « Merci, c ‘est vraiment très gentil, mais je ne préfère pas je veux payer mon déca… », elle doit sentir mon affolement aussi pose t’elle, compatissante, sa main sur mon bras et me dit « Ne vous inquiétez pas Madame, il n’est pas dangereux »…. Un ange passe…Il s’envole avec mes ailes….J’ai honte…

Enfermée dans mes habitudes, mes clichés, mon individualisme, me voilà incapable de reconnaître la générosité quand elle se présente…Je suis là depuis deux heures à regarder tout le monde de haut, à grimper sur les chaises pour pouvoir capter et échanger avec des amis virtuels, sans même être capable de faire connaissance avec mes compagnons de route… Je suis une sale petite capricieuse, je décide de monter direct me coucher, une nuit au calme me fera le plus grand bien, l’air de la campagne est si pur que je m’endors sans même un sédatif dans cette chambre fermée à double tour…

Une réflexion sur “A la campagne!

  1. Pingback: Souvent femme varie… | Blonde de Femme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s