Je suis née cet été

Port LR

Le nom des 3 heureuses gagnantes a été dévoilé hier soir, et comme je le savais déjà : je ne suis pas dans les 3 ! Je n’étais pas non plus dans les 14 finalistes…Seulement 60ème sur 652…

Je ne vais pas mentir, vous mentir, me mentir : je suis déçue !

Bien sûr que j’y ai cru, sinon autant ne pas faire les choses ! J’y ai cru et j’ai échoué, mais finalement pas tant que ça…

L’écriture est en moi depuis si longtemps, depuis toujours je ne sais pas, depuis très longtemps en tout cas.

De l’adolescence à l’âge de 30 ans, j’étais la comique de la famille ; toujours un bon mot, une bonne blague d’humour bien noir et bien cynique comme j’aime ou alors bien salace… Ils en étaient tous très friands aux repas de famille, ils n’ont juste jamais compris que les clowns les plus drôles sont souvent les plus tristes.

A 30 ans j’ai perdu mon arrière-grand-mère. Au delà du chagrin causé par sa disparition, j’ai mesuré aussi la chance que j’avais eue de la garder aussi longtemps près de moi. Aucune des prières proposées par le prêtre ne correspondait à cette femme si incroyable, j’ai donc décidé de lui écrire un texte d’adieu, et de le lire dans l’église.

Ils ont tous adoré, et de ce jour, je suis devenue le fournisseur officiel d’éloges funèbres pour tous les enterrements de la famille.

Ils n’ont juste pas compris à quel point cela était difficile pour moi de lire ces textes si personnels, devant ce public en larmes,  en refoulant les miennes.

J’ai donc décidé de mettre mes écrits de côté puisqu’ils n’étaient plus synonymes que d’émotions douloureuses.

Et puis un jour, par hasard, si le hasard existe, j’ai découvert des blogs de filles. J’ai trouvé ça sensationnel et j’ai décidé de franchir le pas. Alors j’ai commencé à regarder ce qui se faisait déjà pour ne pas refaire pareil, et là j’ai découvert mon « Idole » !

Je n’ai jamais eu de poster de qui que ce soit dans ma chambre (Ah si Cure dans les années 80, mais c’était pour faire style !), je n’ai jamais compris tous ces gens qui étaient des « fans de ». Mais là, je suis tombée raide dingue d’admiration. Cette nana écrivait à la perfection, elle arrivait d’un billet à un autre à me faire passer du rire aux larmes. Gros gros talent, le Boss, quoi !

J’ai donc laissé tomber l’idée du blog, je me sentais incapable finalement d’être un jour à la hauteur.

Et puis vint le concours #Ecrire au féminin.

Sur son blog mon « Idole » a parlé de ce concours et a posté sa nouvelle. Je l’ai lue, j’ai pleuré, j’ai voté, puis j’ai oublié, c’était l’Eté.

Plus tard, elle en a reparlé, et cette fois, je m’y suis intéressée, je suis allée voir les modalités et j’y ai pensé. Puis j’ai repoussé l’idée. J’ai pensé que c’était un super truc que je tenterai, mais l’an prochain…

A une semaine de la fin des inscriptions, j’ai décidé de le tenter dès cette année, après tout c’est vrai pourquoi encore repousser?  J’étais en vacances, j’avais du temps.

J’y ai pensé toute la nuit, et c’est là que « Le passeport d’Ana » est né.

Le lendemain, j’ai attendu l’heure de la sieste pour aller me cacher dans ma chambre, comme pour une première cigarette ou mieux, un premier baiser. En une heure j’ai couché sur papier ce que j’avais la nuit imaginé, finalement l’accouchement s’est bien plutôt bien passé.

Le premier à découvrir l’histoire a été mon super-héros-de-mari. Il a lu attentivement, pendant que fiévreusement j’attendais sa sentence.

Il a trouvé ça drôle, il a aimé, il m’a encouragée.

Ma mère a lu, elle a pleuré, elle a aimé, elle m’a encouragée.

Mon père a lu, il n’a rien compris, il m’a dit que j’allais perdre, il m’a toujours beaucoup encouragée.

Ma sœur a lu, elle a pleuré, elle a aimé, elle m’a encouragée.

Mon idole a lu, elle m’a gentiment dit qu’elle avait aimé, elle m’a encouragée.

Alors j’ai foncé, je l’ai postée cette première nouvelle.

Et c’est là que tout a commencé.

Du jour au lendemain je ne pouvais plus sortir de chez moi sans être prise en chasse par des dizaines de paparazzis, Laurent Ruquier s’est mit à me harceler afin que je sois présente à la rentrée d’ONPC, Aymeric Caron voulait que je devienne végétarienne…Non je déconne ! Mais entre parenthèses ça me fait penser à un super bouquin lu pendant ma jeunesse : « Saga » de Tonino Benaquista, je vous le conseille vivement !

C’est là que tout a commencé donc.

Le bonheur.

L’épanouissement.

Le partage.

J’ai reçu des encouragements, des témoignages adorables de parfaits inconnus : vous !

J’ai compris la joie d’écrire et d’être lue. De partager et d’en parler.

Mon super-héros-de-mari a vu à quel point c’était important pour moi, il a été témoin du dynamisme insufflé par cette aventure, il était pire que moi chaque jour à regarder le nombre de votes, il a compris que c’était pour mon coeur de l’oxygène supplémentaire et indispensable.

Alors j’ai sauté le pas, j’ai plongé dans le grand bain. Je l’ai ouvert ce  « putain » de blog. (private Joke)

J’ai découvert les nuits blanches à ne penser qu’à ça, mais sans la fatigue du lendemain, parce que l’adrénaline est là. J’ai tout simplement découvert que lorsque j’écris, je me sens vivre.

Je ne vis plus rien de la même façon, justement, chaque situation je l’imagine écrite, je me surprends même à avoir des crises de fou rire à 3h du mat, dans mon lit à « blogguer » toute seule !

Depuis je suis joie, je suis extase, je suis apaisement.

Je suis enfin moi, à 42 ans.

Je viens de me rencontrer et je m’aime bien finalement. Je ne suis pas si nulle que ce que j’ai toujours pensé. Tu vois papa, tu avais tort, je n’ai pas perdu, en y réfléchissant j’ai même tout gagné.

Tout ce bonheur je vous le dois, alors merci.

Une réflexion sur “Je suis née cet été

  1. Pingback: Papa Blogueur Interview blogueuse blondedefemme.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s